vendredi 26 septembre 2008

Leh - Sarchu


Diaporama plein écran





Nous quittons Leh le 10 septembre par un soleil radieux. Ce jour-là, nous découvrons plusieurs monastères médiévaux, Choglamsar, Shey, Thiksey et Stakna,le long de l'Indus que nous remontons en pente douce jusqu'à Upshi. Le massif du Stock, avec pour point culminant le Stok Kangri 6121 m, est fraîchement enneigé.

Nous sommes enchantés par cette vallée, où nature et histoire conjuguent quelques-uns de leurs plus beaux joyaux. Il faut dire que cette fois nous voyageons sans guide ni préparation puisque nous avions projeté d'être au Tibet à ce moment-là.

Nous passons la nuit à Upshi, village - relais routier sur la route Leh - Manali. Cependant nous bifurquons sur Mahe et continuons à remonter l'Indus dans une vallée plus étroite et de magnifiques gorges.

Au poste de controle de Mahé, il est interdit aux étrangers de continuer en direction du Tibet maintenant tout proche. Nous poursuivons donc en direction du lac Tsomoriri. Le 12 septembre, nous campons en pleine nature, juste de l'autre côté d'une rivière où Ursula prend un bain trop bref pour être vraiment voulu. A la nuit tombante, deux quidams viennent nous réclamer 100 Roupies pour le "camping". On leur répond que quand ils auront aménagés douche et toilettes, on payera volontiers même plus cher ! On est loin de l'Asie centrale, où la réaction aurait été de nous inviter dans leur logis.

Le 13 septembre, nous passons le col Namshang La, 4850 m, notre record à vélo. A la descente vers le lac Tsomoriri, la route jusqu'ici excellente devient très mauvaise: sable, tôle ondulée ou champs de pierres.

Le lac Tsomoriri, 4600m, est d'un bleu profond et le paysage environnant d'une beauté époustouflante. Nous passons deux nuits dans les bungalows confortables du Nomad Hotel à Korzok. Assez cher pour la région, mais le propriétaire est très sympathique et nous donne plein de conseils sur comment occuper notre journée de "repos": visite des nomades Khampas, aux tentes bien plus rustiques que les yourtes d'Asie centrale, puis ascension d'un belvédère qui nous permet d'admirer le lac Tsomoriri dans son entier.

Le 15 septembre, nous nous offrons une jeep-taxi pour rejoindre le lac Tsokar, car il faut revenir un peu en arrière et nous n'avons aucune envie de refaire la mauvaise route jusqu'au Namshang La à vélo. Très bon choix, la suite vers le lac Tsokor n'est pas meilleure, et une jeep qui faisait ce trajet le même jour s'est si bien ensablée qu'il leur a fallu plusieurs heures pour se dégager.

Le 16 septembre, après une nuit très froide, nous rejoignons la route Leh - Manali. A un long plateau entre 4600 et 4800 m, succède l'impressionnant canyon de Pang où nous campons au bord de la rivière.

Le lendemain, ascension du col Lachung La, 5080 m et nouveau record d'altitude à vélo. Alain, qui prend les photos, peine à rattraper Ursula en grande forme. Nous campons dans une petite cuvette à 4815 m, entre le Lachung et le Nakee La.

Le 18 septembre (pleine lune ?), le temps se gâte et il neigeote au Nakee La, 4965 m. Longue descente (26 lacets) jusqu'à la rivière Tsarab Chu que nous remontons ensuite jusqu'à Sarchu, après avoir croisé un groupe de Suisse-Allemands en vélo-voyage organisé. Celà fait drôle de voir ces cyclistes sans bagages, vélos suspendus, et cuissards et maillots dernier cri.

A Sarchu, 4380 m, nous louons une baraque en tôle ondulée pour la nuit. Bonne décision car il pleut toute la nuit.