vendredi 14 août 2009

Hokkaido, la boucle est bouclée


Diaporama plein écran


Afficher Japan_Hokkaido_3_2009 sur une carte plus grande

D'Abashiri, nous nous rendons dans la péninsule de Shiretoko, au Nord-Est de l'Hokkaido. C'est un parc national inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco à cause de sa très riche bio-diversité. Il abrite l'une des plus nombreuses populations d'ours bruns du Japon, environ 600 ours. La glace flottante qui dérive encore jusqu'à cette péninsule amène avec elle beaucoup de plancton dont se nourrissent les baleines.

Seule une petite partie du parc peut être facilement visitée. Le trekking y est aussi réglementé et difficile à cause des ours. Le mieux, pour apprécier la diversité de cette vie sauvage, c'est le Visitor Centre de Rausu très bien documenté (aussi en anglais) et qui montre un excellent film animalier sur la région: ce que nous avons fait pour nous abriter une fois de plus d'une pluie très froide en cette fin de journée.

Le beau temps enfin retrouvé, nous nous rendons dans le parc national d'Akan, qui contient de nombreux volcans, et des lacs-caldeira. La montée vers celui de Mashu fut le théâtre d'une bataille rangée contre les taons: résultat final, 4 piqûres, contre 20 taons tués! Il faut dire que nous transpirions à grosses gouttes, mais il serait malvenu de nous plaindre de la chaleur enfin retrouvée. Au bout de la montée, nous sommes subjugués par la beauté du lac Mashu, on vous laisse apprécier les photos.

Le mont Iozan nous offre un spectacle de fumerolles et de concrétions volcaniques, puis nous arrivons au lac Kussharo. Près du camping, nous y trouvons un rotemburo, c'est-à-dire un bain thermal à l'extérieur. Quand on y trempe les pieds, la chaleur paraît intenable, mais quand on s'y trempe complètement elle devient plus supportable.

Nous passons deux nuits au lac Onnetoh, à côté du Meakandake, un volcan actif dont les vapeurs nocives en interdisent parfois l'accès. Coup de chance, à 4 h du matin il fait grand beau, et l'accès semble libre. A 7 h du matin, Alain arrive au sommet de ce volcan très impressionnant et très photogénique à cette heure-là. Le spectacle n'est pas seulement pour les yeux: les jets de vapeur qui sortent de plusieurs endroits sont très bruyants, et les odeurs de soufre puissantes!

Au retour vers Tomakomai nous subissons deux journées de vélo sur des routes à plus grande circulation: difficile de deviner toujours juste quelles seront les routes les moins fréquentées. Dans un camping familial, les enfants nous adoptent et le lendemain matin, tous nos voisins discutent avec nous, et nous viennent nous dire au revoir avant de partir. Sur la route une voiture nous dépasse, et tous nous font de grands signes de la main, c'était les derniers partis après nous.

A Tomakomai, nous avons fermé notre circuit en boucle de l'Hokkaido, et pour ne pas refaire deux fois le même trajet, nous prenons un train vers Hakodate à la pointe Sud de l'Hokkaido. Puis c'est un ferry qui nous ramène sur l'île principale (Honshu), à Aomori.

Nous avons passé un peu plus de cinq semaines dans l'Hokkaido, et malgré le mauvais temps du début, beaucoup aimé cette île à la superficie deux fois plus grande que la Suisse, mais avec seulement 5.5 millions d'habitants: tout le contraire du Honshu qui a une densité de population trois fois plus élevée qu'en Suisse

Il nous reste deux bonnes semaines pour retourner à Osaka prendre notre bateau pour la Chine (Shanghaï).