samedi 6 juin 2009

Chugoku - Shikoku


Diaporama plein écran


Afficher Japan_Chugoku_Shikoku_2009 sur une carte plus grande

Pourquoi ce titre? Commençons donc par une courte leçon de géographie. Le Japon comprend quatre îles principales (sur les 4 000 de l'arc insulaire), qui représentent plus de 95 % du territoire. Du sud au nord, Kyushu que nous avons traversé deux fois, Shikoku, l’île de la mer intérieure, Honshu, la plus grande et la plus peuplée, et enfin tout au nord, Hokkaido.

Pour passer du Kyushu à Shikoku (voir la carte ci-dessus), nous avons traversé l'ouest du Honshu, région appelée Chugoku.

Peu après avoir quitté Shimonoseki, nous traversons des régions essentiellement rurales et très tranquilles. Nous découvrons de très belles petites routes désertes entre les lapiaz d'Akiyoshi-dai et la petite ville de Hagi, sur la côte nord.

Dans la campagne, nous voyons beaucoup de personnes âgées qui travaillent dans leurs jardins ou leurs champs. A force d'être courbées toute la journée, ou est-ce leur âge vraiment avancé, elles semblent avoir de la peine à se relever ou se déplacent avec un déambulateur, voire une chaise roulante électrique. Une ou deux fois, on rencontre même de ces chaises sur la route en pleine campagne ou montagne! Une autre fois c'est un petit magasin de montagne tenu par un couple d'au moins 80 ans, lui complètement sourd, elle se déplaçant avec peine sur son déambulateur. Avec un taux de fécondité de 1.25 enfant par femme, la population du Japon a commencé à décliner en 2005, ce qui, avec l'immigration quasi-nulle, et l'espérance de vie la plus élevée au monde, pose de graves problèmes. Le recul de l’âge de la retraite est à l’ordre du jour, et certaines personnes âgées commencent même à être réembauchées pour combler le manque de plus en plus apparent de main-d'oeuvre (référence Wikipédia). On mesure notre chance d'avoir pu prendre notre retraite à 60 ans!

Hiroshima: pour la première fois, nous voyons plusieurs touristes occidentaux. De ce fait, le niveau d'anglais des Japonais y est bien meilleur, et même les petits restaurants vous proposent une carte en anglais! Comme quoi, à très long terme, la bombe atomique a quand même un aspect positif! Humour très mal placé, car justement la ville d'Hiroshima fait un effort remarquable pour que l'on n'oublie pas l'horreur de l'arme nucléaire, et s'engage beaucoup pour tenter de l'éradiquer complètement à l'horizon 2020. On pourrait plutôt se demander ce qui attire les touristes à venir à Hiroshima. Eh bien nous vous encourageons vivement à visiter le Peace Memorial Park, qui ne laisse aucun visiteur indifférent quand à l'atrocité de l'arme nucléaire et aux dangers extrêmes qu'elle fait courir à l'humanité.

Pour passer du Chigoku (Honshu) à l'île intérieure du Shikoku, nous empruntons la piste cyclable du Shimanami: nous traversons 6 autres îles et donc 7 ponts plus beaux les uns que les autres, et surtout prévu pour bien séparer les cyclistes du trafic motorisé. C'est magnifique, quelques vues nous rappelle le Lavaux, sauf que les vignes c'est du thé, le Léman c'est la mer, et qu'il manque juste les Alpes!

Le Shikoku est une île très montagneuse quand même: nous y passons un col à 1450 m. La vallée de l'Iya est quasi-confidentielle à cette saison. On s'arrête dans tous les petits magasins pour s'y approvisionner tant bien que mal (ne nous vous apitoyez quand même pas trop, c'est beaucoup plus facile qu'au Pamir!). Le mauvais temps (nuageux, pluies éparses) nous ramènent vers Takamatsu et la civilisation.

On nous pose fréquemment des questions sur le coût de la vie au Japon. Oui, après les pays du Sud-Est asiatique, le Japon est cher. Pour deux personnes, difficile de trouver une chambre à deux personnes pour moins de 90 à 120 francs suisses (mais les voyageurs seuls dépensent deux fois moins, une exception parmi tous les pays déjà visités). On peut manger pour environ 10 à 15 CHF dans un restaurant, et la nourriture que nous achetons dans les super-marchés nous semble souvent plus chère qu'en Suisse; mais les produits de base japonais (tofus, pousse de soja, ...) sont moins chers. Les bistrots sont très rares au Japon, et un simple café y coûte environ 5 CHF. Pour le type de dépenses que nous avons, le Japon est donc globalement un peu moins cher que la Suisse, mais il faut bien regarder les prix pour éviter de mauvaises surprises.

On ne fait pas beaucoup de progrès en japonais, mais soulignons l'extrême gentillesse de la plupart des gens à qui nous nous adressons pour nous aider à trouver ce que l'on cherche. Même sans parler l'anglais, ils savent se faire comprendre à force de sketches, ou même en nous amenant à l'endroit que nous cherchions.

La suite de notre voyage au Japon va nous ramener, via la petite île de Shodo-Shima, à Himeji, célèbre pour son château. Puis ce sera la traversée de l'immense métropole d'Osaka, ça va nous changer de la vallée de l'Iya! Mais il y a Kyoto et Nara juste après, et on ne voudrait pas les manquer!