lundi 13 avril 2009

Singapour


Diaporama plein écran


Afficher Malaisie 2009 sur une carte plus grande

L'arrivée à Johor Bahru, deuxième plus grande ville de la Malaisie, s'est faite sous un orage tropical intense: même sous l'abri de bus, difficile de rester secs! Le lendemain, traversée du pont qui nous mène à Singapour, et passage de la douane épique au milieu de milliers de motocyclistes (les voitures ont leur propre route), des travailleurs malais frontaliers. Nous sommes les seuls cyclistes, en théorie interdits, mais personne ne nous fait de remarque.

Premier changement visible: les femmes voilées, en grande majorité dans la partie de la Malaisie que nous avons traversée, laissent la place au jeunes chinoises en mini-jupe.

Singapour est réputée pour ses lois très strictes: interdit de laisser tomber un papier, interdit de manger ou boire dans le métro, interdit de rouler à vélo dans les passages souterrains ou surélevés, ... et les amendes sont salées (1000 $ de Singapour, soit environ 750 CHF pour la dernière infraction). On se retient de péter, on ne sait jamais!

Difficile de voir les effets de la crise dans cette métropole qui ressemble à un super-marché géant et où la construction ne semble guère ralentir. Melting pot de cultures et d'ethnies chinoises, indiennes et malaises, Singapour est manifestement très riche.

Le régime politique est officiellement une démocratie, mais dans la pratique un seul parti est au pouvoir depuis plus de 40 ans, et les rares opposants ont la vie dure. Mais les Singapouriens s'accommodent de ce régime qui leur a amené une sacrée prospérité.

Nous avons beaucoup marché et peu roulé à Singapour où quelques conducteurs peuvent se montrer agressifs envers les cyclistes. Et le métro facilite bien les déplacements.

Si vous allez à Singapour, ne manquez pas

  • de vous balader dans les quartiers classiques (China Town, Little India, mais aussi Singapour Est, barrage de Marina Bay et son exposition sur l'écologie à Singapour)

  • le zoo de Singapour tout-à-fait remarquable, riche en espèces rares, très didactique, et où les animaux semblent presque libres dans une nature luxuriante. Toute la ville regorge d'ailleurs d'espaces verts, le climat y est aussi pour quelque chose: nous sommes à 1° de latitude Nord, et il pleut pratiquement tous les jours (averses orageuses).

  • les restaurants végétariens (par exemple l'indien Ananda Bhavan ou les chinois Lingzhi Vegetarian et Just Greens Vegetarian) mais aussi les "hawker centres" (petits restaurants de rues regroupés).

Au chapitre problème vélo, un nouvel épisode. A l'arrivée à Johor Bahru, le Rohloff (moyeu contenant nos 14 vitesses) d'Ursula se montre tout-à-coup récalcitrant. Heureusement, le constructeur, contacté par e-mail, nous envoie chez son représentant à Singapour, qui résout efficacement le problème: lors de sa dernière révision chez Rohloff Suisse, un petit cylindre en nylon avait été mal remonté et naviguait dans les engrenages. Le système Rohloff est réputé très fiable,et il l'est, mais à condition bien sûr que ce genre d'erreur ne soit pas commise. Nous avons eu une sacrée chance d'avoir cette panne juste à quelques kilomètres d'un représentant Rohloff très compétent.