lundi 23 mars 2009

Bonjour la Malaisie


Diaporama plein écran


Agrandir le plan

Après la Thaïlande, Langkawi nous apparaît plus riche et développée: mais c'est une île port-franc et on y trouve donc beaucoup de boutiques de produits de luxe détaxés. Impossible toutefois d'y trouver une crème solaire, il n'y a que des parfums. Pas d'alcool non plus, la Malaisie est un état islamique strict. Nous traversons tout de même l'île pour découvrir ses plages de la côte Ouest. Mais c'est tellement touristique que le lendemain nous refaisons le trajet en sens inverse pour reprendre un bateau pour la côte malaise.

Changement de décor: ce n'est plus touristique du tout et beaucoup plus pauvre. Les hôtels de Kuala Kedah sont tellement minables que nous nous rendons à Alor Setar, la capitale de cette province. Nous y rencontrons par hasard, pour la deuxième fois un couple de Hollandais retraités qui font le même trajet que nous à vélo. Alor Setar quand on se couche!

La circulation en Malaisie est nettement plus dense qu'en Thaïlande, et nous peinons à trouver des itinéraires moins chargés: Google Maps est-il moins détaillé dans ce pays? Nous décidons de changer notre itinéraire et de rejoindre la côte Est réputée plus calme au Nord de la Malaisie, parfois tout près de la frontière thaïlandaise.

Hélas, la circulation ne faiblit guère. Nous traversons de magnifiques forêts d'abord plantations de palmiers, puis une forêt vierge à la végétation exubérante. Nous faisons halte dans un magnifique hôtel (environ 70 dollars) le Belum Rain Forest: et le lendemain, alors que nous passons un col à 1000 m d'altitude, il se met à pleuvoir (la forêt porte bien son nom) et depuis notre arrivée à Bangkok, nous avons pour la première fois presque froid!

Et, 7 jours après avoir quitté Langkawi, nous retrouvons déjà la côte Est à Kuala (mot malais qui signifie estuaire) Besut, d'où nous rejoignons sans nous y attarder l'île de Perhentian Kecil, paradis pour la plongée et le snorkeling (masque & tuba). Nous y admirons de magnifiques poissons, plus gros que ceux que nous avions vu à Ko Rock.