jeudi 28 août 2008

Grand-père et grand-mère à Bichkek

Carnet de route mis à jour


Agrandir le plan

Nous sommes arrivés à Bichkek plus tôt que prévu. Après 2 journées de vélo sur d'excellentes routes plutôt plates (on est dans le prolongement de la vallée du Ferghana), les choses se gâtent:

  • Ursula tombe malade et nous trouvons de justesse un endroit pour camper au moment où elle ne peut vraiment plus continuer à vélo
  • Notre réchaud, Primus Omnifuel, fait de même, et même après plusieurs heures de nettoyage, il reste désespérément poussif
Bref le moral en prend un coup. Pas loin de notre campement, il y a une petite maison où vit un célibataire qui vient nous trouver. Voyant l'état d'Ursula, il retourne chez lui pour nous apporter des antibiotiques contre la diarrhée ! Hélas, Ursula vomit chaque tasse de thé péniblement préparée avec le réchaud, impossible donc de garder les médicaments dans l'estomac plus de quelques minutes.

Le lendemain, après quand même 46 km à vélo, nous prenons un taxi pour la dernière montée nous menant à la ville de Karakoel (ne pas confondre avec Karakol près du lac d'Issykul que nous avions visité en 2005, ni Karakul au Tadjikistan). L'hôtel "Tourist" y recèle la pire chipie de tout le Kyrgyzstan: arrivés à 14 h elle refuse de nous donner une chambre avant 16 h, finit par installer Ursula sur un divan de fortune d'ici la, puis me réclame 2 fois le prix de la nuit (une fois pour le divan, une fois pour le lit). J'ai vraiment explosé de rage (il y avait bien longtemps que cela ne m'était arrivé), ce qui l'a fait renoncé à ses prétentions ...

L'état d'Ursula ne s'améliorant pas nous décidons de rejoindre Bichkek en taxi dès le lendemain 22 août. Nous y prenons un hôtel confortable avec toilettes et douche dans la chambre ! Après 3 jours de jeûne forcé, Ursula recommence à pouvoir s'alimenter, et sa maladie n'est plus qu'un mauvais souvenir. De même pour le réchaud, que j'ai finalement réussi à décrasser grâce à une patience sans limite, et qui re-fonctionne à peu près normalement.

Le 24 août au soir, Ursula me rappelle qu'elle avait accouché de Stéphanie avec un mois d'avance, donc que nous pourrions devenir grands-parents du jour au lendemain. Et le lendemain en relevant notre courriel, surprise: Stéphanie a donné naissance à un petit Sylvain le 24 août à 21 h, soit 2-3 heures après le pressentiment d'Ursula !

Nous regrettons bien sûr de ne pas être en Suisse, mais heureusement depuis Bichkek le téléphone fonctionne bien et nous en profitons pour partager notre émotion et prendre des nouvelles de Stéphanie et Sylvain.

Nous avons loué un super-appartement, profitons des supermarchés quasi-occidentaux, bref nous refaire une santé en attendant le visa et l'avion pour l'Inde.

Nous avons mis à jour notre carnet de route avec les données de kilométrage, dénivellation, altitude et lieu où nous avons passé la nuit, pour les amateurs de chiffres ou de détails.